abb-productions
Web Hosting

Washington questionne libre-échange et accord de Paris

Les Etats-Unis ont commencé à remettre en cause la doctrine mondiale en faveur du libre-échange et du multilatéralisme, ainsi que la lutte contre le changement climatique, lors d’une réunion du G20 finances qui s’est achevée samedi en Allemagne, première sortie importante du nouveau secrétaire d’Etat au Trésor Steven Mnuchin.

 

Cette réunion de Baden-Baden (sud-ouest) était la première pour l’administration du nouveau président américain Donald Trump, qui affiche des positions hostiles au libre-échange et climato-sceptiques, à rebrousse-poil de celles du G20, ce groupe des pays les plus puissants du monde, résolument libre-échangiste.

 

Les Etats-Unis sont parvenus à faire retirer du communiqué final le mot “protectionnisme” et évoquer une renégociation de l’OMC.

 

Selon plusieurs sources, M. Mnuchin a très peu parlé pendant les débats, et à l’issue de deux jours de réunion, si Washington n’a pas rompu avec le G20, d’importantes divergences ont été confirmées.

 

Depuis des années, le G20 reprenait comme une antienne une phrase condamnant le protectionnisme. Steven Mnuchin a bloqué cette référence, et les membres de sont échinés en vain à trouver une formulation satisfaisante pour tout le monde sur le commerce mondial.

 

Face au blocage, les ministres ont choisi une phrase sans grande signification: “nous travaillons à renforcer la contribution du commerce à nos économies”. AFP

 

AlloConakry


Imprimer
Commenter
Visit Us On FacebookVisit Us On TwitterVisit Us On YoutubeCheck Our Feed