abb-productions
Web Hosting

L’ONU appelée à voter sur un appui de la Minusma au G5-Sahel

Le Conseil de sécurité est appelé à se prononcer vendredi sur une résolution autorisant les Casques bleus de la Minusma à apporter un soutien logistique à la force G5-Sahel en cours de création, selon des diplomates.

 

Ce soutien multilatéral, si le texte proposé par la France est accepté, vise les domaines de l’évacuation médicale, du ravitaillement en carburant, en eau et en rations alimentaires, et sur un recours aux unités d’ingénierie de la Minusma, a précisé un diplomate.

 

Le G5-Sahel est une force militaire transfrontalière antijihadistes qui comprendra à terme 5.000 hommes venant du Tchad, de Mauritanie, du Burkina Faso, du Niger et du Mali.

 

Récemment, le président français Emmanuel Macron a jugé que la mise en place de cette force “n’avançait pas assez vite”. Il a convoqué une réunion internationale à Paris le 13 décembre pour “accélérer (son) déploiement”.

 

Dans son projet de résolution, la France demande au secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, de conclure “au plus vite” un “accord technique entre l’ONU et les Etats du G5-Sahel pour fournir un soutien logistique et opérationnel via la Minusma” à cette nouvelle unité militaire africaine.

 

La Minusma, force de paix de l’ONU déployée au Mali, compte quelque 10.000 Casques bleus.

 

A l’appui de sa demande d’une contribution onusienne, la France souligne dans son projet que “les activités d’organisations criminelles et terroristes dans la région du Sahel constituent une menace à la paix et la sécurité internationales”.

 

Pour vaincre les réticences des Etats-Unis à une implication de l’ONU dans la nouvelle force africaine alors que Washington cherche à réduire les dépenses de l’organisation internationale, Paris a prévu de recourir à un “mécanisme de financement coordonné par l’Union européenne” qui remboursera à l’ONU toutes les dépenses engagées au profit du G5-Sahel.

 

Cette contribution logistique et opérationnelle de l’ONU n’interviendra que lorsque la force G5-Sahel se trouvera sur le territoire malien. Et à condition qu’elle ne porte pas préjudice à la mission des Casques bleus, souligne le texte.

 

A ce jour, le financement de la force G5-Sahel n’est pas assuré. Il est estimé à 250 millions d’euros pour ses débuts et à “400 millions à plein exercice” au printemps 2018, selon Paris.

 

L’Union européenne a promis 50 millions d’euros, la France 8 millions (surtout en matériels), chacun des cinq pays fondateurs 10 millions, et l’Arabie Saoudite 100 millions. Les Etats-Unis ont promis aux cinq pays membres de la force une aide bilatérale de 60 millions de dollars.

 

Si elle est adoptée, la résolution sera la deuxième de l’ONU consacrée à la force G5-Sahel. Un premier texte adopté en juin avait apporté un premier soutien politique à la création de cette nouvelle force, sans prévoir de contributions financières à son fonctionnement en raison d’une opposition de Washington. AFP

 

AlloConakry


Imprimer
Commenter
Visit Us On FacebookVisit Us On TwitterVisit Us On YoutubeCheck Our Feed