abb-productions
Web Hosting

Le 28 septembre, une date à double signification pour la Guinée

img_9778Les Guinéens commémorent ce mercedi le 28 septembre, une date historiqueà  double signification: la premiêre porte sur le référendum d’auto-détermination organisé en 1958 au cours duquel le pays, en écrasante majorité, a rejeté de maniêre remarquable le joug colonial.

 

En disant Non à la proposition de la Métropole de rester dans la Communauté Française, la Guinée a déblayé le terrain pour son accession à l’indépendence le 2 octobre de la même année. Par cet acte hautement symbolique, la Guinée devenait ainsi le premier pays francophone d’Afrique au Sud du Sahara à récouvrer sa souveraineté confisquée pendant 60 ans.

 

Si son exemple courageux a servi d’inspiration pour les autres pays d’Afrique et d’ailleurs, la décision de quitter prématurement l’alliance française a eu des conséquences douloureuses pour le pays à cause du sabotage orchestré par la puissance colonisatrice mais aussi par la faute de ses propres enfants.

 

La deuxiême signification de la date du 28 septembre nous rappelle du massacre ignominieux de 2009. Il a eu lieu lorsque des milliers de sympathisants de l’opposition s’étaient rassemblés pour demander le départ des militaires au pouvoir et l’organisation d’élections libres et transparentes, devant consacrer le retour de la Guinée à l’ordre constitutionnel.

 

Au cours de cette manifestation pacifique, les forces de sécurité fidèles à l’ex-chef de la junte Moussa Dadis Camara ouvrirent le feu sur les manifestants, tuant quelque 160 personnes, selon les Nations-unies. Des centaines d’autres furent bléssés, et de nombreuses femmes furent violées. Ces incidents constituent le pire massacre jamais pérpétré contre des Guinéens dans leur propre pays.

 

La communauté internationale, en solidarité avec le peuple de Guinée, condamna à l’unanimité ces actes de violence et ouvra, par une commission spéciale des Nations-unies, des enquêtes en vue d’identifier, juger et punir les auteurs.

 

La justice guinéenne, -qui cherche à restaurer son rôle d’institution républicaine-, s’est également intéressée aux enquêtes. Et depuis, elle a annoncé plusieurs inculpations, dont celles de nombreux dignitaires du régime actuel du président Alpha Condé. Mais pour l’instant, rien a été fait pour traduire en justice les présumés auteurs de ces tueries.

 

Parents des victimes du massacre du 28 septembre 2009

Parents des victimes du massacre du 28 septembre 2009

A l’occasion de ce 7ème anniversaire, les parents des victimes réclament à nouveau justice au travers d’un procès “juste et équitable” dans lequel les responsables seront identifiés et punis.

 

Me Hamidou Barry, chef du pool des avocats en charge de ce dossier déclare au nom de ses pairs que seul un procès mené dans les règles de l’art peut permettre aux parents des victimes de faire leur deuil.

 

Me Cheick Sako, ministre de la Justice guinéen a déclaré lundi, 21 septembre que le procès aura lieu en 2017 pour enfin arriver à une conclusion. Cela est plus que nécessaire pour assurer une justice pour tous en Guinée. AlloConakry

 

 

Alsény Ben Bangoura est l’editeur de AlloConakry. Cet éditorial reflête le point de vue de la Rédaction de AlloConakry et de RKI 

 


Imprimer
Commenter

Comments are closed.

Visit Us On FacebookVisit Us On TwitterVisit Us On YoutubeCheck Our Feed